Carte des vins due Bugey et de Savoie

De l'Isère de Chambéry jusqu'au lac Léman, on trouve la Savoie et ses vins. Limitrophe de son côté Est, se situent les vins du Bugey. Dénominations communales de l'AOC Bugey et Roussette de Bugey AOC Seyssel et Seyssel-Molette Dénominations communales de Savoie et Roussette-de-Savoie AOC Bugey et Roussette-de-Bugey AOC Savoie, Crémant et Roussette de Savoie Carte de France des Vins AOC de Savoie Savoie, Crémant et Roussette de S. Dénominations communales 1 Marin / 2 Ripaille / 3 Marignan / 4 Crépy / 5 Ayse / 6 Frangy / 7 Chautagne / 8 Marestel / 9 Jongieux / 10 Monthoux / 11 Monterminod / 12 Saint-Jeoire-Prieuré / 13 Chignin et Chignin Bergeron / 14 Apremont / 15 Abymes / 16 Montmélian / 17 Arbin / 18 Cruet / 19 Saint-Jean-de-la-Porte. AOC du Bugey Bugey et Roussette-de-Bugey Dénominations communales 21 Cerdon / 22 Montagnieu / 23 Virieu-le-Grand / 24 Manicle. AOC commun Savoie - Bugey Seyssel et Seyssel-Molette

Carte des vins et appellations de Savoie et du Bugey (France). ©Sommelix, tous droits réservés.

La carte du Bugey-Savoie est également disponible en téléchargement HD : version jpeg et PDF à imprimer.

contenu publicitaire
Château et vignes de Monterminod Crédit photo *pascal* - cadrage - CC

Présentation du vignoble de la Savoie

Si la Savoie est mondialement connue pour ses domaines skiables, les amateurs de vin savent bien qu'elle abrite aussi un vignoble unique par ses conditions climatiques, qui font de la viticulture locale une véritable prouesse technique - tout en étant, dans un registre plus terre à terre, l'accompagnement naturel et savoureux des spécialités bien connues de la gastronomie locale.

Comme son nom ne l'indique pas, le vignoble de Savoie déborde en fait sur trois autres départements : la Haute-Savoie bien sûr, mais aussi l'Ain - à Corbonod et Seyssel, deux communes situées juste de l'autre côté du Rhône -, et l'Isère, à Champareillan - là encore, une commune limitrophe, qui longe la rivière Isère. Actuellement, il mobilise un peu moins de 2 000 hectares - ce qui ne donne qu'une modeste idée de ce que fut autrefois l'importance du vignoble dans les paysages.

Une longue tradition viticole

L'ancienne « Sapaudia » (littéralement, en latin, pays des sapins) fut en effet de longue date un terroir de vins. Contemporain de César, Strabon disait des Allobroges - la tribu celte qui peuplait la région - qu'ils « tourn(aient) désormais vers l'agriculture l'application qu'ils avaient donnée, jusque-là, aux choses de la guerre ». Devenus ainsi de paisibles agronomes, ces guerriers autrefois féroces se distinguent désormais comme les créateurs d'un cépage célèbre : le « vitis allobrogica », âpre au froid sinon en bouche, qui sera planté jusqu'à la côte-rôtie, et dont les vins seront décrits par Columelle et Pline l'Ancien. D'après les experts actuels, ce cépage mythique est probablement l'ancêtre de la mondeuse noire. L'Église reprendra au fil des siècles la tradition viticole antique, et le vignoble savoyard atteint son extension maximale entre les XVIème et XVIIIème, aux grandes heures du duché, qui est alors un État indépendant. En 1768, le vignoble s'étend ainsi sur 9 000 hectares.

Cette production importante est néanmoins d'une qualité très hétéroclite, et ne survivra ni au phylloxéra, ni surtout à l'arrivée du chemin de fer, dans la seconde moitié du XIXème siècle : l'irruption massive des vins du midi portera aux vignes du cru une concurrence fatale, par les prix certes, mais aussi par des produits plus flatteurs et notamment moins acides. C'est à cette époque que la surface cultivée s'effondre, en se rapprochant de son niveau actuel. Elle est néanmoins l'occasion d'un tri : subsistent au premier chef les domaines ou parcelles qui présentaient un véritable intérêt œnologique. La patiente restructuration du vignoble savoyard sera notamment reconnue en 1957 par l'obtention du label « Vin de qualité supérieure » (VDQS), avant d'être consacrée par une AOC en 1973.

vigne de savoie dans un village Crédit photo yayatoon - cadrage - CC

Le terroir le plus montagnard

Géologiquement, le vignoble savoyard est implanté sur des vallées glaciaires entaillées dans la montagne. Les vignes tendent à descendre vers la plaine : aujourd'hui, on cultive surtout entre 300 et 600 mètres d'altitude. À quelques exceptions près (comme les schistes de Cevins ou les calcaires marneux de Chignin), les sols résultent de la pression des glaciers ou de la fragmentation par dégel : anciennes moraines, cônes de déjection, éboulis. Certains sont très récents : le célèbre Apremont, au sud de Chambéry, est ainsi cultivé sur les restes d'un glissement de terrain qui se produisit une nuit de novembre 1248, sur la face Nord du Mont Granier. Rebaptisé « les Abymes de Myans », l'endroit ne sera replanté qu'au siècle suivant...

Mais plus encore que le sol, c'est d'abord le climat, montagnard, qui caractérise le vignoble savoyard. La région compte parmi les plus humides de métropole (derrière les Vosges) avec de 1 000 à 1 200 mm de précipitations - parfois bien davantage sur les pentes. Ajoutons à cela une centaine de jours de gel chaque année, qui débordent donc fatalement sur le printemps (faites le calcul !), des orages d'automnes, sans oublier la bise, vent du nord aussi tenace que glacial, et l'on comprendra le défi que représente en Savoie la culture de la vigne - une plante qui, rappelons-le, est originaire des biotopes du Moyen-Orient... Seule la présence des lacs parvient localement à tempérer ce tableau, comme autour du Bourget ; dans le nord de la Chautagne ; et bien sûr au Léman, autour d'Evian, où le climat est là nettement plus clément.

Un véritable défi technique

En réponse à ces conditions globalement très dures, les vignerons savoyards ont mis en place un ensemble de techniques adaptées. D'une part, la vigne est, autant que possible, élevée sur les versants sud, ce qui met les plantes au soleil, tout en les protégeant du vent du nord.

Ensuite, les régions cultivées ne sont pas les plus froides : ce sont, principalement, des Préalpes, ainsi que certains versants bien exposés dans les vallées alpines à proprement parler. L'altitude, on l'a dit, a également beaucoup baissé au XIXème siècle.

Troisième précaution, la culture se fait presque toujours en hautain (aujourd'hui, des palissages sur fil de fer), ce qui protège beaucoup du gel et de l'humidité.

Enfin et surtout, le vignoble savoyard s'appuie sur des cépages bien particuliers, que la tradition a sélectionnés pour leur aptitude à s'épanouir dans cet environnement très rude.

En rouges, dominent le gamay et la mondeuse (descendant direct de l'allobrogica), tous deux connus pour leur robustesse. Le pinot noir ne fait généralement que les seconder, comme en Savoie (département) le cabernet franc et le cabernet sauvignon.

En blancs, on trouve principalement la jacquère, l'altesse et la mondeuse blanche, aidés localement par l'aligoté, le chardonnay ou la roussette d'Ayze. Quant au chasselas, il ne s'aventure jamais bien loin du Léman !

Une fois sous un toit (ou une voûte...), le raisin de Savoie a fait le plus dur ! La vinification est des plus classiques. A l'arrivée, elle donne une production centrée sur les blancs secs, avec un coin nord-est qui tend sur le minéral (abymes, apremont), tandis que les rares terroirs calcaires, exposés au sud, se distinguent par des matières plus fruitées ( Chignin, Chignin-Bergeron).

fromages de savoie Crédit photo B.C.B. - non modifiée - CC

Le meilleur allié des plats savoyards...

La production provient d'une cinquantaine de caves indépendantes et de trois coopératives. Encore peu connus à l'étranger (si ce n'est en Suisse !), les vins de Savoie sont à 98% bus en France.

Comme dans beaucoup de régions, ils sont les compagnons naturels de la gastronomie locale. Les rouges se prêtent très bien aux charcuteries, tandis que les blancs accompagnent à merveille les fondues et autres raclettes, qui ont d'ailleurs fait leur réputation. Les blancs issus de terroirs calcaires se marient quant à eux avec les poissons - comme le fameux féra du Léman -, ou, pour les plus fruités, se dégustent tout simplement en apéritif.

Pour aller plus loin

lien vers wikipedia wikipédia

Les appellations de Savoie

Le vignoble savoyard possède plusieurs AOC régionales : Vin-de-Savoie (ou Savoie tout court). On y retrouve quasiment tous ses vins, en majorité tranquilles blancs vin blanc sec (tranquille) et rouges vin rouge (tranquille sec), mais aussi quelques rosés tranquilles vin rosé (tranquille sec) (peu répandu) et effervescents vin rosé effervescent (brut à demi-sec) (rare). Les effervescents blancs vin effervescent (blanc, brut à demi-sec) (peu répandu) ont quand à eux une dénomination officielle dédiée : Crémant-de-Savoie.

Pour réfléter la diversité du terroir, 16 dénominations géographiques peuvent être revendiquées :

Par ailleurs, chacune de ces dénominations peut être complétée par le nom du cépage, pour les vins mono-cépage bien entendu !

Deux autres appellations sont dédiées aux vins blancs issus du cépage Altesse :

Enfin, une IGP de petite zone vient compléter ces AOC : Vins des Allobroges.

Les appellations du Bugey

Non loin du vignoble savoyard au sens strict, on trouve celui du Bugey. Les appellations y sont organisées selon le même modèle :

Autres indications de la région

Aux alentours de la Savoie et du Bugey, on trouve 3 IGP départementales : Coteaux-de-l'Ain, Isère et Hautes-Alpes. En dehors de cette dernière (qui fait partie de l' IGP Méditerrannée), le vignoble est inclus dans l'aire de l' IGP régionale Comtés Rhodaniens.

Fiche technique

Les cépages les plus répandus dans la région

Autres informations techniques

Géographie

Pays : France

Climat

tempéré montagnard

indication de l'ensoleillement moyen dans la région viticole de la Savoie (et Bugey) 2 026 h/an

indication de la pluviométrie moyenne dans la région viticole de la Savoie (et Bugey) 971 mm/an

indication de la température moyenne dans la région viticole de la Savoie (et Bugey) 13,5 °C

Production AOP

superficie de vignes AOP 2 689 ha

volume de vin AOP 162 755 hl

Production totale

superficie de vignes de raisin de cuve 3 811 ha

volume de vin 213 868 hl

Pour parcourir un peu la région...

Les producteurs de la Savoie (et Bugey)

Gestion des cookies

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Design agence graphicstyle.fr

Se connecter / S'inscrire

A propos

Vinopédie

FAQ

Mentions légales

Dictionnaire du vin

Sommelix dans les médias

Contactez-nous